"Les chants sans voix", de Fabrice Farre.

Publié le par LMPG

 

 

 

XXII – En bordure

 

 

Lorsque l’écrevisse montrait ses pinces

au bout de ta main, le jour faisait peur

L’enfance perdait son maillot à rayures

le mégot de l’homme épais sur sa chaise

glissait au fil de l’eau

Le déplacement jusqu’ici avait coûté

des heures et l’après-midi tintait

dans la couleur de la cendre. Dans l’air

moite séchaient les mots que j’aurais

pu dire, qui résonnent encore.






Pour plus de détails, cliquez sur ce lien :

 

 

http://fabrice.farre.over-blog.com/article-les-chants-sans-voix-editions-encres-vives-104216328.html


Commenter cet article