Patrick Chavardès : « Ruisseau ».

Publié le par LMPG

 

Je désire une fin

sans moyens

Qui voudrait d' une stèle

je ne désire rien d'autre que

me coucher sous l'arbre et que l'arbre soit

comme un arbre

 

Je le désire sans cesse

 

Les pierres se souviennent que je chantais

et dansent autour de moi

 

J'ai aimé les débuts

je ne sais plus de quoi

débuts de n'importe quoi

un pas n'importe où

un mot dit à quelqu'un

vraiment n'importe qui

 

Je me revois

à Anvers ou ailleurs

un parmi plusieurs

 

Soudain tu n'y es plus

tu demandes s'il y a quelqu'un

mais tous muets

même sourds

tournés vers je ne sais quel mur

retournés au temps compté

 

Pierre roule pour moi

sans rien amasser

sois un sourire dans sa voix

une chance qui sait

une image arrêtée

au bord des lèvres

 

A moi de me tourner

vers toi

obnubilée

violes et voiles contre le vent

 

Vies ricochets

suées de l'habitude

glace fondue trop vite

à la fin

le nez dans un ruisseau

c'est la faute à personne

 

un ruisseau



Avec la participation spontanée de l'auteur. Nous l'en remercions. Les liens
 : http://editions-lelimon.fr/Patrick_Chavardes_bibliographie.html
http://www.radyonne.fr/?page=wagonlivre-details&id=173



Commenter cet article